Les actualités de notre agence

Frontaliers Suisse immobilier
Plusieurs dizaines de milliers de résidents français ont fait le choix de travailler en Suisse tout en restant vivre en France. Pourquoi sont-ils si nombreux à devenir frontaliers ? Retour sur les avantages de ce statut privilégié.

1. Le marché du travail suisse plus florissant que le marché français


Tandis que la France demeure frappée par un important taux de chômage, le marché du travail suisse est en pleine forme. Le taux de chômage en Suisse demeure en effet très bas. Il est d’ailleurs l’un des plus bas au monde. Il était seulement de 3% en juin dernier, contre 3,1 en mai. Une baisse qui concerne aussi bien les jeunes travailleurs que les plus de 50 ans.

Rappelons qu’en France, le taux de chômage est passé sous la barre des 10% en avril dernier, pour atteindre 9,5% de la population active au deuxième trimestre 2017.
 
Les entreprises suisses sont en quête de profils qualifiés, notamment dans les secteurs de l’informatique, le conseil, la santé ou encore la banque. C’est la raison pour laquelle un travailleur sur quatre est étranger en Suisse.
 
2. Les salaires suisses bien plus élevés que les salaires français


Autre avantage non négligeable lorsque l’on décide de travailler en Suisse, les salaires qui y sont pratiqués. Les Suisses ont en effet des salaires bien plus élevés que les Français. Le salaire net moyen suisse est de 3000 euros, ce qui en France équivaut au salaire d’un cadre moyen, sans compter les avantages en nature offerts aux salariés, comme la voiture de fonction notamment.
 
Qui plus est, les travailleurs suisses bénéficient d’une plus grande sécurité de l’emploi avec un taux de CDD de seulement 6%, contre 7,8% en France. En outre, les possibilités d’évolution sont plus nombreuses, et surtout plus rapides. Seule ombre au tableau : le temps de travail. Il est de 42h hebdomadaires en Suisse et les congés payés sont réduits à 4 semaines contre les 5 françaises.



3. Profiter du marché immobilier moins cher en France qu’en Suisse



Travailler en Suisse tout en vivant en France, c’est s’offrir la possibilité de profiter d’un salaire élevé tout en louant ou en achetant son logement moins cher qu’en Suisse. Car les salaires suisses vont de pair avec un prix de l’immobilier très élevé. Il est plus intéressant d’acheter une maison ou un appartement en France plutôt qu’en Suisse.

De nombreux biens sont disponibles à la vente dans des communes très attractives telles que Thonon-les-Bains, Evian-les-Bains, Publier, Maxilly-sur-Léman ou encore Neuvecelle. N’hésitez pas à consulter nos annonces de maisons et appartements à vendre dans le Chablais. En Haute-Savoie, le prix du m² atteint en moyenne 3718 euros pour un appartement et 3442 euros pour une maison. Si la région attire de plus en plus de travailleurs et d’investisseurs, les prix demeurent intéressants. De nombreux programmes neufs sont en outre en cours de construction dans la région du Chablais, permettant d’éviter une flambée des prix.


4. Cotiser pour sa retraite et choisir son assurance santé en France
Les Français qui travaillent en Suisse ont la possibilité de continuer à cotiser pour leur retraite en France. Les accords bilatéraux conclus entre la France et la Suisse sont en effet particulièrement avantageux pour les Français frontaliers.
 
Un Français travaillant en Suisse doit souscrire une assurance maladie mais il dispose du choix de cette assurance. Il peut en ainsi choisir le régime Suisse, l’Amal, ou l’assurance santé française, la CMU.


5. Un cadre environnemental exceptionnel


Ne négligeons pas l’importance de l’environnement. La région frontalière est une région de montagnes et de lacs aux paysages sublimes.

La région lémanique est aussi agréable à vivre en été qu’en hiver, offrant des activités et loisirs à foison tout au long de l’année.



6. Des avantages fiscaux particulièrement intéressants


Bien sûr, il y a aussi les bien connus avantages fiscaux offerts par le statut de frontalier. Ceux-ci sont toutefois soumis à condition :
 
  • Le frontalier doit être présent au moins une fois par semaine dans son logement français.
  • Le frontalier doit disposer d’un permis de travail, délivré par le canton dans lequel est situé son entreprise.
 
Il est important de rappeler que l’imposition varie selon le canton dans lequel le frontalier suisse travaille. Ainsi, si vous travaillez dans les cantons de Genève, Zurich ou Argovie, vos impôts seront prélevés à la source, en Suisse donc. Et s’il vous faudra faire une déclaration de revenus en France, vous ne serez pas redevable de l’impôt sur ces revenus. Les frontaliers travaillant dans les cantons du Valais, de Vaud, de Bâle ou encore de Neuchâtel doivent quant à eux déclarer leurs revenus en France et payer l’impôt sur le revenu en France.


Notez également qu’un taux de change moyen est fixé chaque année pour faciliter la déclaration des résidents français travaillant en Suisse. Cette année, ce taux est de 0,93 euros pour 1 CHF.